Le monitor enregistreur

  • Avec l'aide du Monitor Watermark, le producteur apporte la juste dose d'irrigation.
  • "Bien irriguer" est le facteur clé pour améliorer son rendement et sa qualité.
  • C'est apporter la dose d'eau qu'il faut, quand il faut en suivant les consommations
  • Eviter l’excès et prévenir le manque
  • Réduire de 20% à 50% votre consommation en eau
  • Répondre aux questions:« Quand démarrer, quelle dose, quelle fréquence, que faire après une pluie? »

Fonctionement

ordinateur portable relier a un monitor en registreur

Mesures tensiométriques

Monitor Watermark mesure la disponibilité en eau dans le sol (centibars) grâce à :

  • 6 sondes tensiométriques : 3 en surface et 3 en profondeur
  • 1 sonde tenpérature sol
  • 1 pluviomètre

Le tout relié à un boitier lecteur et enregistreur

La récupération des données peut se faire soit manuellement, à l'aide d'un ordinateur portable, ou d'un pocket.

Le boitier peut être équiper d'un modemGPRS pour transmettre les données tous les jours par sms et mail.

fleche-bleu-a-cote Recevez tous les jours vos données par sms et mail ou sur notre site internet grâce au boitier GPRS

fleche-bleu-a-cote telecharger notre documentation en pdf icone pdf

fleche-bleu-a-coteBénéficiez d'un conseil adapté, selon les données du monitor et une bonne interprétation du graphique, l'ARC EN CIEL donne un conseil hebdomadaire adapté à la parcelle DOSE/FREQUENCE pour la semaine à venir.

Le service l'Arc en Ciel

Pilotez vos irrigations sans obligation de s'équiper et sans vous préoccuper de matériel ou de maintenance.

Nous proposons une prestation de service et nous nous chargeons de tout

  • Pose et dépose du matériel à la parcelle
  • Transmission des données par GPRS
  • Conseil individuel hebdomadaire (dose/fréquence) adapté à la parcelle pour la semaine à venir (sous forme de graphique)

Le matériel reste la propriété de l’ARC en CIEL sous votre responsabilité.

temoignages

Productrice Maïs Doux

" 6 sondes ont été placées dans mon champ de maïs doux, 3 en surface (30cm) et 3 en profondeur (60 cm). Il est conseillé de prendre en compte les données du milieu, la médiane, et de ne pas tenir compte des extrêmes. C’est plus facile à dire qu’à faire car les écarts sont assez importants entre les 3 sondes lors d’un apport d’eau, irrigation ou pluie. Mais au bout du compte, les extrêmes rejoignent assez rapidement la médiane.

Conclusion : ne retenir que la médiane .

Les sondes de surface, bien sûr, réagissent très rapidement aux apport d’eau et les sondes profondes peuvent peu réagir lors d’un passage à 28 mm. Exemple :

semaine 27 (6 juillet), je lance un tour d’eau à 28mm avec une tension de 50 en surface qui baisse immédiatement pour arriver à 15, alors que la tension profonde passera de 38 à 30 seulement. Il faudra attendre le long épisode pluvieux de la 2ème quinzaine de juillet pour voir les sondes de profondeurs indiquer une tension de zéro.

De la même façon, les sondes profondes réagissent très lentement lors d’un manque de pluviométrie, preuve que la plante trouve facilement de l’eau en profondeur. Conclusion : le maïs puise son eau aussi en profondeur et quand on pourrait penser avoir un déficit hydrique pour cause de tension de surface haute, en réalité les profondeurs sont bien fournies. Ainsi, j’ai pu retarder certains tours d’eau alors que sans cet outil je serais partie ouvrir les vannes."

Producteur Abricot

" Dans mon verger bien taillé et bien fertilisé, le pilotage 2008 des irrigations avec MONITOR, en adaptant mes interventions selon les valeurs du boîtier, m’a conduit à diviser mes doses par 2, augmenter les fréquences dés nouaison puis à les baisser 10 à 15 jours avant la récolte, alors que le verger d’à côté plus tardif demandait un rythme des irrigations plus soutenu.

Ces pratiques différentes des années précédentes ont conduit à :

  • un rendement jamais atteint de 38t/ha (en général 22 à 25), malgré une mortalité due à bactérie importante
  • un calibre global compris entre A et AA (en général AA et AAA) alors que l’excès du nombre de fruits par arbre (>2000) me dirigeait plutôt vers un calibre entre C et B
  • un résultat économique exceptionnel, l’absence d’offre cette année ayant décalé d’un rang vers le bas le calibre le plus demandé (de AA/AAA vers A/AA)
  • une absence de marquage sur l’épiderme malgré une tramontane régulière et violente à l’approche de la récolte (certains voisins ont eu jusqu’à 60% de fruits déclassés)"