Connexion utilisateur

Pilotage tensiometrique de l'irrigation

La tensiometrie

L'Arc en ciel propose une gamme complète de matériels tensiometriques disponibles à la vente ou en prestation pour un pilotage parfait de votre irrigation, avec un conseil personnalisé.

Téléchager notre documentation


La tensiometrie

Nous utilisons des techniques fiables et qui ont fait leurs preuves depuis plus de 25 ans avec du matériel toujours plus perfectionné pour faciliter l'utilisation de la tensiométrie par les sondes Watermark©.
Nous assurons l'installation, le suivi et le conseil tout au long de la saison, plus qu'un matériel, vous vendons un service.

fonctionement du boitier watermarck

exemple le Monitor R2DX Watermark mesure l’état de l’eau dans le sol (centibars) grâce à 6 sondes ou plus reliées à un boîtier enregistreur et transmeteur.


Les principes de base de la tensiométrie

Voilà les 5 principes servant de socle à toute mesure et applicables à celle de l'humidité du sol ou de la tension de l'eau dans le sol. Ceux ci sont énoncés par Carole ISBERIE dans son ouvrage de base à la tensiométrie mais constituent une règle d'or pour une mesure fiable.
Voilà comment on les énonçait il y a plus de 20 ans.

  • Parcelles de référence : choix raisonné
  • 6 sondes par parcelle de référence = 3 paires (une paire = une sonde « surface » + une « profondeur »)
  • Pose soignée des sondes avec excellent contact sol/sonde: Installation exécutée ensemble
  • Travail à la médiane des 3 sondes de chaque profondeur (cf Grapheur mis à disposition) : le logiciel la calcule
  • Relevés très réguliers et systématiques : ils sont faits automatiquement et enregistrés dans le boîtier

Dans l'évolution des matériels vers l'automatisation de la prise de données, leur transmission, ceux ci non seulement restent d'actualité mais sont encore plus soigneusement et mieux appliqués


Les principes

Principe 1/ Tout commence par un audit de l'exploitation. On démarre sur des généralités pour cerner la ou les espèces, la ou les parcelles, le ou les systèmes d'irrigation primordiaux à suivre. Puis c'est l'aspect variétal, la nature du sol (granulométrie, profondeur, pente, ...) qui vont décider des parcelles de référence où seront prises les mesures et du meilleur endroit sur chacune d'entre elles.

Principe 2/ Notre travail au quotidien montre que 3 places de mesure est le minimum. C'est la base d'une mesure fiable.
Si les pluies homogénéisent l'humidité du sol avec en cours et en général en sortie d'hiver un front d'humectation généralement uniforme en tous points de la parcelle (sauf en 2016 avec de graves répercussions sur l'irrigation de saison et des sols impossible à réhumecter si l'irrigation n'avait pas commencé tôt avec de grosses doses), l'hétérogénéité commence avec l'irrigation, déclenchée pour endiguer une montée en tension de l'eau du sol et compenser les consommations du couvert végétal. Les hétérogénéités apportées par la plante et par l'irrigation s'additionnent, plus marquées encore avec des systèmes localisés notamment en goutte à goutte.
On se doit de gérer un sol hétérogène en humidité.
Le moyen de prendre conscience et de s'adapter à cette réalité, qui s'amplifie généralement en cours de saison, est de travailler avec des répétitions spatiales, 3 au minimum, afin de donner une stabilité décisionnelle aux mesures.
Dans toutes nos installations que nous implantons, ce principe est appliqué et respecté
Fin novembre 2018, dans le Sud-Ouest, la plupart des sols irrigués sont encore très hétérogènes actuellement, après une arrière-saison sèche. Les pluies commencent à les ramener, ça peut prendre du temps. Le cumul finira par les homogénéiser. Certains sols, une fois désarmorcés, deviennent très lents à la réhumectation. Ce n'est pas une question de mm, mais de temps nécessaire surtout sur les sols déstructurés. Il a fallu attendre fin décembre pour voir les tensions de profondeur s'homogénéiser aux 3 points de mesure entre 0 et 5 cb. Ouf!

Principe 3/ Dans tous les cas (vente ou service), l'installation par nos soins est proposée. On met en place plus de 95% des stations MONITOR et des sondes tensiométriques qui y sont connectées.
L'installation est réalisée dans les règles de l'art.
Dans les cas d'installation multiple dans l'année (rotation de cultures en maraîchage par ex), soit nous assurons cette pose multiple, soit nous formons un "poseur" sur l'exploitation (nous sommes formateur agréé) et nous supervisons la qualité des installations. Avec l'évolution de nos outils, la qualité de pose est encore plus respectée. Nos équipes d'installateur sont formées à respecter un cahier des charges. C'est notamment le cas en goutte à goutte, où les distances goutteur/sonde, sonde/végétal sont scrupuleusement notées, avec des gaines cramponnées au sol. En MONITOR R2-DX échographie et R2-DX SMART, la check-list des consignes d'installation (15 sondes WATERMARK à 5 profondeurs, 2 écartements) est minutieusement appliquée, conditionnant la performance de l'installation et la qualité et la fiabilité des informations qui en découlent et qui sont transmises par internet sur un compte dédié.

Principe 4/ Le pilotage repose sur l'évolution des valeurs tensiométriques transcrites sur plusieurs graphiques. Dans nos graphiques sur compte dédié (disponibles pour Stations MONITOR R2-DX et aussi sur R2-DL) on peut suivre toutes les sondes et aussi chaque sonde indépendamment. On montre l'hétérogénéité, qui est la règle, qu'on va lisser par une médiane. C'est le graphique des médianes de profondeur qui est le support du pilotage et du conseil.

Principe 5/L'enregistrement des données (on peut faire varier l'intervalle entre enregistrements) et leur transmission par Internet valident et optimisent ce 5ème principe
L'accès sur son tel mobile, sa tablette, à tout moment, facilite le suivi des tensions et permettent une prise de décision.


Comment s'équiper ?

Plusieurs solutions sont possibles